PRÉSENTATION
CONDUITE D'UNE VEILLE
TRAVAIL EN MODE PROJET
DEMARCHE DE GESTION DES RISQUES
GESTION DES RISQUES FINANCIERS
GESTION DES RISQUES NON FINANCIERS
DEMARCHE QUALITE

g-e51-5. Notion de veille

Module
Fichiers

Veille juridique

Les sources d’informations juridiques en matière de droit du travail et de risques au travail sont, en France, regroupées dans le Code du travail avec les lois, les règlements et les décrets. Des directives et des règlements européens sont pris au sein de l’Union européenne.

L’organisation internationale du travail (OIT) présente des principes fondamentaux de droit au travail et développe la justice sociale, au niveau mondial.

Le ministère du Travail, comme l’assurance maladie, l’INRS et ANACT sont des sites institutionnels fiables.

• Sources réglementaires :

– Code du travail : https://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do?cidTexte=
LEGITEXT000006072050

– Droit de l’Union européenne : https://eur-lex.europa.eu/homepage.html?locale=fr

– Synthèse de législation européenne : https://eur-lex.europa.eu/browse/summaries.html?locale=fr

– Organisation internationale du travail (OIT) : https://www.ilo.org/global/lang–fr/index.htm

• Sources non réglementaires :

– Ministère du Travail : http://travail-emploi.gouv.fr/

– Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS) : http://www.inrs.fr/inrs/identite.html

– Association nationale pour l’amélioration des conditions de travail (ANACT) : https://www.anact.fr/

– Assurance maladie – Risques professionnels : http://www.risquesprofessionnels.ameli.fr/

– Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail : https://osha.europa.eu/fr

Les organisations syndicales, ainsi que la caisse d’assurance retraite et de la santé au travail (CARSAT) et l’organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics sont des acteurs professionnels qui transmettent des informations juridiques fiables.

Sources des principaux acteurs professionnels :

– Caisse d’assurance retraite et de la santé au travail (CARSAT) : https://www.carsat-pl.fr/home/entreprises.html

– Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics : https://www.oppbtp.com/

g-e51-5. Notion de veille

La veille

Il est possible de caractériser une veille selon plusieurs critères :

  • sa finalité (opérationnelle / stratégique & prospective ; scientifique / technique ; Recherche/développement...),
  • le nombre et la qualité des destinataires,
  • l'étendue des thèmes à surveiller, la nature et la diversité des sources,
  • le niveau de valeur ajoutée (et donc la qualification et l'analyse de l'information),
  • la mise à disposition des données, la présentation des données et enfin l'inter-réactivité (augmentation de la communication entre responsables et employés) 4.

La veille peut s'appliquer à de l'information et extraction de connaissances orale ou écrite, réelle ou modélisée, à de l'imagerie (aérienne et satellitale notamment). Dans le monde du renseignement, qui a des méthodes particulières, on parle de HUMINT (intelligence humaine) et de OSINT (intelligence des sources ouvertes).

Selon ses caractéristiques on décide de la quantité de ressources (humaines, financières...) à affecter à la veille et à sa stransmission.

Souvent, un chef de projet réunissant de nombreuses compétences met en place un système de veille appuyé sur plusieurs techniques. Parfois son rôle n'est pas directement de récolter l'information mais plutôt de donner aux experts de l'entreprise les moyens de travailler sur l'information1,5.

Le veilleur a notamment un rôle de décryptage d'évènements de signaux faibles, de stratégies d'influence (adverses ou non) : il doit identifier les méthodes de diversion et de désinformation employées par des entités (fournisseurs, concurrents, adversaires, alliés).

La veille peut être freinée par des problèmes de communication intra-entreprise (des individus peuvent faire de la rétention d'information, par manque de partage), par un contexte politiques (« guerre de pouvoirs »), par manque d'accès à des ressources informationnelles importantes, ou suite à des problèmes techniques (systèmes d'informations insuffisants).